www.athle.fr
Accueil
SITE OFFICIEL
du gap hautes alpes athlétisme
Actualités
Championnats de France Elite - ANGERS (49)
Commentez cette actualité
26 Juin 2016 - Lucas Lecomte
Championnats de France Elite - ANGERS (49)

Julie TOURTET, 13ème française sur le 3000m steeple

« À chacun son Everest ». Cet adage s’applique parfaitement au sport. Il en va de même pour tous les niveaux. Il y a encore quatre ans, alors qu’elle n’était que cadette 1, Julie TOURTET venait de gravir son premier Everest : participer aux France jeunes – qu’elle termina d’ailleurs à une prometteuse quatrième place sur 2000m steeple. Nos jeunes poussent se battent encore pour le leur : se qualifier aux championnats de France jeunes.

Depuis le chemin parcouru fut long, parsemé de sourire, de doutes, de performances, de records, de podiums nationaux… Seulement espoir 1 et pour sa première année sur la distance, Julie venait de réaliser un somptueux tour de force : se qualifier aux championnats de France Elite dès sa première tentative – 10’49’’22 fin Mai à PEZENAS (34). Cela pourrait paraître une suite logique d’événements. Et pourtant, tout athlète sait à quel point une participation aux France Elite est difficile à décrocher. C’est un aboutissement important dans sa carrière. Car oui derrière, la marche d’après est, juste, une compétition internationale (Europe, Monde ou JO). Alors Oui, cette compétition est une récompense qu’il faut savourer. A seulement 19 ans, la voilà chez les grandes à courir aux côtés de celles qui représentent notre pays lors des compétitions internationales.


Durant ces 15 dernières années, seuls trois athlètes du club ont réussi l’exploit d’être sélectionnés pour ces championnats : Mélanie LEBORGNE, Jeffrey DE FREITAS et une certaine Laurence MANFREDI ! Certes, le niveau des meilleurs steepleuses est bien plus élevé. Mais qu’importe il faut se battre avec ses armes du moment et se rendre compte de l’écart qui la sépare des meilleures pour ne faire que le diminuer.

Les objectifs de Julie étaient simples : battre son record le jour J et faire aussi bien que sa place d’engagement (15ème). Mais au-delà des objectifs, il y avait tout un nouveau monde à découvrir, car même si l’on est habitué aux podiums nationaux chez les jeunes, le monde des grands est (très) impressionnant. Car imaginez-vous la scène, sur le stade d’échauffement, vous êtes à 5m de certains VICAUT, TAMGHO ou autre BOSSE… Ou simplement croisez en chambre d’appel Rénelle LAMOTTE. Pour un athlète passionné qui les a toujours vu au travers un écran ou depuis des tribunes, le choc est assez important : « ne pas être spectatrice, être actrice de ma course ». Tellement simple dire, si difficile à mettre en pratique.

« C’est un truc de fou, une organisation de dingue, tu ne sais plus où donner de la tête… un autre monde. Ça fait bizarre d’en faire partie. C’est compliqué de se convaincre que l’on est de ce côté de la barrière.  J’étais impressionnée par le nombre de spectateurs et impressionnée par le fait de courir sur la même piste que les grands champions ».

Cette pression dès l’arrivée sur le stade, malgré tous les efforts de son entraîneur pour la mettre dans le bon état d’esprit, n’allait que peu s’estomper. Mais comment lui en vouloir ? Il fallait courir, du mieux que l’on peut. Montrer ce que l’on vaut, porter haut les couleurs de son club, profiter de l’instant. « Lucas m’a dit en rentrant en chambre d’appel trois mot d’ordre : plaisir, plaisir et plaisir. ». Car une fois que l’on a goûté à ces sensations, telle une drogue, l’athlète en redemande encore et encore.

Il fallait courir, simplement mais efficacement. Après un échauffement sérieux et décontracté en apparence, la pression allait devenir intenable en chambre d’appel. Vite que la course parte. Une ligne droite sur un stade magnifique et en piste. Un sourire à la caméra – oui bienvenue dans la cour des grands. Une présentation de la course où l’on décrit notre Julie comme spécialiste de course en montagne… un autre monde on vous dit ! « Truc tout bête, sur la ligne de départ, la caméra m’a fait super peur en fait. Je m’attendais pas à la voir (Rires) ! Du coup il a fallu une nouvelle fois se remettre dedans. »


18h30, on libère les fauves. Pas de chance, la course s’emballe dès les premiers mètres, une athlète veut tenter les minimas pour les Europe… le train s’annonce très, trop rapide. Julie ne s’en laisse pas moins déconcentrée, elle appliquait à merveille les consignes : relâchée, concentrée sur les barrières et toujours au contact. Seulement, le physique a ses limites. Rendez-vous compte, sur son 3000m steeple, elle bat juste ses records au 500, 1000, 1500 et 2000m, rien que ça. « Il y avait pas 100 tactiques. Quand on est la dernière prise, il ne faut pas croire que l’on va être dans le peloton de tête. Donc je me suis mis dans le peloton. Je fais un bon premier kilo après j’ai serré les dents, de toute façon il ne me restait que ça à faire (Rires) ! ». 


Partie sur des bases stratosphériques pour elle, malgré qu’elle soit en deuxième partie de peloton, Julie accusait le coup à mi-course. Elle ne baissait pas pavillon pour autant. Certes, elle avait grillé beaucoup de cartouches comme on dit dans le jargon. Une deuxième course commençait, avant tout contre elle-même : ne pas s’endormir, rester concentrée et attaquer les obstacles. Elle franchissait chaque rivière avec une aisance déconcertante. A contrario les barrières simples devenaient plus dures à chaque passage. Elle s’accrochait, relançait autant qu’elle le pouvait et franchissait la ligne en 13ème position, et un nouveau record de 10’49’08. Les deux objectifs étaient atteints. « A l’arrivée, j’étais juste contente et fière d’être là. Je me dis que cette participation en appelle d’autre et que ça me redonne encore plus envie de retrouver le chemin de l’entrainement. »

Ces 13 petits centièmes retranchés à son record sont certes anecdotiques pour sa saison au vu de son potentiel mais importants dans la démarche fixée par l’athlète. Ravie d’avoir participé à cette grande fête et surtout consciente du privilège de faire partie de ce monde qu’elle découvre, Julie ne mit que quelques minutes pour se projeter vers le futur. Consciente des erreurs commises, elle savait qu’il fallait les faire pour ne plus les reproduire ultérieurement. « C’est après ma course, en y repensant, que je me suis rendue compte du niveau réel de la course et de l’honneur que c’est de pouvoir courir ici. ». On apprend, quel que soit le niveau, on continue d’apprendre… encore et toujours.

Un Everest de plus de gravi, reste à en trouver un autre, qu’elle gardera bien secrètement pour elle. Car au-delà de son regard d’enfant en regardant les athlètes le lendemain, elle sait désormais qu’elle fait partie de ce nouveau monde et qu’il faut se battre jour après jour pour y rester.

Le chemin fut long, beau, parfois difficile mais toujours avec une passion et un sourire intact. Mais le plus important, c’est que ce chemin ne s’arrête pas là et ne demande qu’à être continuer vers de, souhaitons lui, d’encore plus belles aventures.

  To be continued….

Pensée toute particulière à ses anciens entraineurs (Marc MASSE, Franck ROLLAND, Patrice OUVRIER BUFFET) qui lui ont ouvert le chemin, à son groupe d’entrainement très solidaire qui la pousse et la soutient tous les jours, à son génie d’osthéo Julien TAYMANS et à sa famille, évidemment !


Retrouver les photos des "Elite".



les Réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
13/11 >
30/10 >
21/10 >
19/10 >
17/10 >
12/10 >
10/10 >
02/10 >
28/09 >
18/09 >
14/09 >
29/08 >
23/08 >
24/07 >
18/07 >
16/07 >
16/07 >
14/07 >
09/07 >
08/07 >
Compétitions à venir
Cross d'embrun dimanche 18 novembre inscriptions auprès des entraîneurs
Championnats de France
Les minimas pour les championnats de France estivaux



News
Afin d'améliorer notre qualité nous souhaitons vous soumettre à un sondage à nous remettre au bureau où lors des entraînements avant le 18 juin

Le sondage est ici
Les Espaces
 

Ligue Paca
 

Section Trail du Gap Hautes-Alpes Athlétisme
MERCI À NOS PARTENAIRES !